Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Itinéraires et points d'observation

Birding Málaga

Itinéraires et points d'observation

GR 249. Étape 35: Alhaurín de la Torre - Málaga


La zone de Zapata est fortement marquée par son caractère agricole, par la proximité du fleuve Guadalhorce et de l’aéroport. Dès le début de l’étape nous traverserons des zones maraîchères et de vergers, qui deviennent de véritables oasis pour les oiseaux durant les périodes de migrations et où les canaux d’irrigation jouent un rôle important pour la faune durant les périodes d’étiage. Nous nous retrouverons bien vite devant le fleuve Guadalhorce, où, en plus d’observer de nombreuses espèces aquatiques, nous pourrons également voir d’autres oiseaux qui fréquentent la zone à la recherche d’eau et de nourriture. Peu après avoir traversé le fleuve Guadalhorce nous commencerons l’étape en entrant dans la ville de Malaga, où dominent les espèces typiquement urbaines.

 

Espèces singulières

Dans cette étape nous passerons par la zone de la province de Malaga, qui compte le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux : il s’agit de la partie inférieure de la rivière Guadalhorce. Au début de l’étape nous pourrons observer des espèces liées à l’environnement humain comme la tourterelle turque, le martinet pale, l’hirondelle rustique, l’hirondelle des fenêtres, l’étourneau unicolore et le moineau domestique. Dès que nous continuons dans les zones de culture avec des canaux d’irrigation et et des zones arborées, on pourra observer différentes espèces de hérons (le héron cendré, l’aigrette garzette et le héron garde-bœufs), la tourterelle des bois, le guêpier d’Europe, la huppe fasciée et les passeriformes typiques de cette environnement ( le cochevis huppé, la bergeronnette grise, la bergeronnette des ruisseaux, le pipit farlouse, le saxicola torquatus, le rouge gorge-familier, le rossignol philomèle, la gorge-bleu à miroir, le merle, la grive musicienne, la bouscarle de Cetti, la cisticole des joncs, la fauvette mélanocéphale, la fauvette à tête noire, le pouillot véloce, le gobe-mouche gris, la mésange charbonnière, la pie-grièche à tête rousse, le loriot d’Europe, le choucas des tours, le pinsons des arbres, le chardonneret élégant, le verdier d’Europe, le serin cini, le tarin des aulnes et le bruant proyer).

Bien que les extensions des cultures se réduisent de façon progressive et imparable, il s’agit d’un environnement où l’on peut trouver des oiseaux durant les périodes migratoires. C’est dans les zones où on cultive la luzerne que peuvent apparaître des espèces peu fréquentes comme le phragmite aquatique ou la locustelle luscinioïde. Si nous faisons le trajet en fin d’après-midi ou très tôt le matin, nous aurons l’occasion de voir la chevêche d’Athéna, la chouette effraie et l’engoulevent à collier roux.

Une fois arrivés au tronçon de l’étape qui longe la rivière Guadalhorce, nous pourrons observer le grand cormoran, le bihoreau gris, le héron cendré, le héron garde-bœufs, l’aigrette garzette, le fuligule milouin, la buse variable, le balbuzard pêcheur, l’aigle botté, le faucon crécerelle, le perdrix rouge, la caille des blès, la foulque macroule, la gallinule poule-d’eau, l’oedicnème criard, le pluvieux petit-gravelot, le chevalier guignette, le chevalier cul-blanc, le goéland leucophée, le puffin fuligineux, la mouette rieuse, la tourterelle turque, la conure veuve, le martin pêcheur d’Europe et l’hirondelle rousseline, entres autres.

Dans l’environnement de l’embouchure du fleuve Guadalhorce nous pourrons observer à courte distance le grand cormoran, le héron cendré, l’aigle botté, le faucon crécerelle, le choucas des tours ainsi que les goélands déjà cités antérieurement. Une fois que nous aurons passé le pont du fleuve Guadalhorce nous entrerons dans la ville même, et la diversité des espèces aura diminué. Mais les d’espèces présentes peuvent atteindre une densité très élevée. En raison des terrains vagues existants nous verrons encore des vautours et des fringillidés (chardonneret élégant, verdier d’Europe et le serin cini) mais ce seront le goéland leucophée, le goéland brun, la mouette rieuse, la tourterelle turque, le pigeon biset, le martinet noir, le martinet pale, la conure veuve, l’étourneau unicolore, l’étourneau sansonnet et le moineau domestique les plus fréquentes. Les grandes cheminées qui marquent la fin de l’étape et aussi de la Gran Senda, méritent d’être contemplées car elles accueillent habituellement des faucons pèlerins.

Itinéraire

Le sentier descend en pente douce entre l’aéroport de la capitale et les rives du Guadalhorce où nichent diverses espèces d’oiseaux aquatiques, rejoignant finalement la plage de la Misericordia, au kilomètre 0 du Grand Sentier.

 

Itinéraires À pied À bicyclette
Type d’étape Lineal
Distance 12900
Temps de marche estimé 2:35