Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Itinéraires et points d'observation

Birding Málaga

Itinéraires et points d'observation

GR 249. Étape 34: Benalmádena - Alhaurín de la Torre


Même si l’étape se déroule dans une zone avec une nette vocation forestière nous pourrons quand même remarquer la prédominance des fourrées , qui accueillent dans certaines zones des genévriers, des myrtes communs, des pistachiers térébinthes et de pistachiers lentisques. Il y’a également des formations très remarquables de pinèdes qui s’étendent sur les parois rocheuses. Nous verrons donc des oiseaux associés aux zones forestières, en plus des espèces propres aux zones ouvertes et liées aux milieux rupicoles.

 

Espèces singulières

Le départ de Benalmádena se fera très près de l’autoroute. Au contraire d’autres étapes, les oiseaux qui nous accompagnent ne sont donc pas ceux spécifiques del milieux urbains. Nous arriverons rapidement dans une zone de pinède où l’on pourra trouver des palmiers nains, des pistachiers lentisques, des spartes et quelques genévriers. Ceci dit, nous pourrons observer des pigeons et des tourterelles turques ainsi que le faucon crécerelle, l’étourneau sansonnet et le moineau.

Arrivé au Ravin (Tajo) de Quejigal, là où nous sommes passés lors de la dernière étape, nous pourrons observer le pigeon ramier, la tourterelle des bois, le martinet pâle, le martinet noir, le guêpier d’Europe, la huppe fasciée, le rouge-gorge familier, le merle noir, la grive musicienne, la grive draine, la fauvette à tête noire, le pouillot véloce, le gobe-mouche gris, la mésange charbonnière, la mésange noire, le pinson des arbres, la linotte mélodieuse, le chardonneret élégant, le verdier d’Europe, le serin cini, le bec –croisé des sapins et le bruant fou. C’est un environnement où il est également possible d’observer le circaète Jean-le-Blanc, l’aigle botté, l’aigle de Bonelli, l’épervier d’Europe et le faucon crécerelle, accompagnés d’autres espèces comme le traquet rieur, le rouge-queue noir et le monticole merle-bleu.

Le ravin est entouré de pins maritimes et d’une végétation mature, ce qui permet à la communauté d’oiseaux d’accueillir le troglodyte mignon et, en hiver, la grive musicienne et la grive mauvis ainsi que des accenteurs mouchets.

La fauvette mélanocéphale, bien qu’elle soit déjà apparue en début d’’étape, est l’espèce la plus fréquente dans les zones élevées avec une végétation plus clairsemée. Tout au long de l’année le cochevis huppé et le saxicola torquatus l’acconpagnenet, et en hiver la pipit farlouse. Tout comme dans l’étape précédente, et depuis les zones les plus élevées, de mars à septembre principalement nous aurons la possibilité d’observer le martinet noir.

Une fois passé le col Blanquillo nous pourrons voir une formation de pins d’Alep et de pins maritimes où nous pourrons observer la mésange huppée, le grimpereau des jardins et le geai des chênes, en plus des espèces forestières déjà mentionnées.

Ensuite nous arrivons dans l’environnement du Jabarcuza, et nous continuons notre route en compagnie de la communauté d’oiseaux forestiers, ainsi que des espèces propres aux environnements de roches nues. De cette façon nous pourrons revoir le choucas des tours et le bruant fou, parmi d’autres espèces. Il est également possible d’entendre le hibou grand duc en automne et en hiver au moment du coucher du soleil.
Une fois arrivés à la falaise de Zambrano, où prédomine une végétation exubérante avec de nombreuses plantes grimpantes, nous remarquerons une plus grande présence d’oiseaux, dont le merle noir, la fauvette à tête noire, le pouillot de Bonelli, le pouillot véloce, la mésange charbonnière et le pinson des arbres.

À la fin de l’étape nous rencontrerons des fermes (cortijos) entourées de zones de cultures, l’environnement idéal pour observer le merle noir, le saxicola torquatus ainsi que les fringillidés. Ces zones sont remplacées par des zones urbanisées où l’on pourra observer principalement la tourterelle turque, l’étourneau sansonnet et le moineau domestique.

Itinéraire

Ce tronçon, avec une végétation de pins, de thym, de romarin et de palmiers nains, nous emmènera à travers le mont Calamorro, depuis le versant sud de la sierra de Mijas tourné vers la Méditerranée, jusqu’à sa face nord qui regarde la vallée du Guadalhorce.

 

Itinéraire À pied
Type d’étape Lineal
Distance 12300
Temps de marche estimé 4:10