Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Itinéraires et points d'observation

Birding Málaga

Itinéraires et points d'observation

GR 249. Étape 26: Jimera de Líbar - Benalauría


C’est une étape dans laquelle on traverse des zones forestières de chênes et de pins mais aussi des zones de végétation basse et de culture grainière où les espèces sont très variées. Bien que durant tout le parcours on puisse voir les falaises rocheuses qui marquent la vallée de la rivière Guadiaro, c’est lorsque nous monterons au col de Benalauria que nous nous approcherons de cet environnement et que nous profiterons des espèces propres à la montagne. À la fin de l’étape nous passerons par des châtaigniers, très présents dans las étapes suivantes.

 

Espèces singulières

A Jimera de Líbar nous commençons avec des oiseaux de zones urbaines, bien que la localisation privilégiée du village nous permette de profiter dès le premier instant d’un grand nombre d’espèces propres à la montagne. L’épervier d’Europe, le faucon crécerelle, le pigeon ramier, la tourterelle des bois, le coucou gris, le martinet noir, le martinet pâle et celui à ventre blanc, le guêpier d’Europe, la huppe fasciée, le cochevis huppé, l’hirondelle rustique, l’hirondelle de fenêtres et celle de rochers, le pipit farlouse, la bergeronnette grise, le rouge-gorge familier, le saxicola torquatus , le merle noir, la grive draine, la grive musicienne, la fauvette à tête noir, la fauvette mélanocéphale, le pouillot véloce, le gobe-mouche gris , la mésange charbonnière, le geai des chênes, l’étourneau sansonnet et l’unicolore, le pinson des arbres, le chardonneret élégant, le serin cini et le verdier d’Europe sont des espèces présentes dans les zones de pâturage que nous verrons dans la première partie de l’étape. Une fois en hauteur nous verrons un ensemble de maisons rurales (cortijada) situé dans un environnement favorisant aussi la présence du moineau domestique.

Dans les zones de chênes-lièges nous pourrons voir le roitelet à triple bandeau, le grimpereau des jardins, la sitelle torche-pot et le gros-bec casse-noyaux. D’autres espèces forestières sont présentes comme le circaète Jean-le-Blanc, l’aigle botté, la buse variable , le pic épeiche et le loriot d’Europe dans les bois de rivage, ainsi que le rossignol Philomèle et la bouscarle de Cetti.

Ensuite nous entrons dans une zone ouverte où nous pourrons profiter d’une belle vue sur le village de Cortes de la Frontera et les flancs de la sierra Blanquilla. On traverse des zones d’oliveraies avec des espaces consacrés à la culture de céréales et à la garrigue où nous pourrons voir le guêpier d’Europe, le traquet oreillard, la cisticole des joncs, l’hypolaïs polyglotte, la pie-grièche à tête rousse et le bruant proyer.
La montée commence et après avoir traversé une chênaie à lisière épineuse, nous arrivons dans le hameau de Siete Pilas , avec vue sur le col de Benalauria qui nous indique la route à suivre.

Avant d’entamer la partie ascendante plus raide qui nous permettra d’observer la composition calcaire de ces chaines de montagnes, nous passons par des terres de labour qui nous offrent une vue panoramique splendide. Les oiseaux qui nous accompagnent tout le long de notre parcours sont principalement le cochevis huppé, le cochevis de Thékla, la fauvette mélanocéphale , la cisticole des joncs, ainsi que la pie-grièche à tête rousse et l’hypolaïs polyglotte durant les mois d’été.

Pendant la montée entre les pins vers le col, les premières parois rocheuses accueillent déjà les oiseaux typiques de cet environnement : l’aigle de Bonelli, le faucon pèlerin, le monticole merle-bleu, le rouge-queue noir , le traquet rieur, la pie-grièche méridionale, le corbeau, le choucas des tours, le crave à bec rouge, la linotte mélodieuse, le vautour fauve, l’aigle royal et le faucon crécerelle. C’est également l’environnement le plus propice pour le hibou grand-duc. La descente à Benalauría se fait entre les chênes, où, en plus d’une grande partie d’espèces déjà citées, on peut voir l’alouette lulu.

Il faut être attentif au ciel, pour détecter les rapaces, qui seront les protagonistes des étapes suivantes, et pour entendre les chants des oiseaux jusqu’à l’arrivée au village, où l’hirondelle rustique, l’étourneau sansonnet et le moineau domestique nous accueilleront.

Itinéraire

Le sentier traverse une extraordinaire forêt méditerranéenne, qui, après « l’abreuvoir-lieu de halte » de Siete Pilas, nous conduira de la vallée du Guadiaro à la vallée du Genal en passant par le rocher de Benalauría, un important massif de roches calcaires où pratiquer l’escalade.

 

Itinéraire À pied
Type d’étape Lineal
Distance 14500
Temps de marche estimé 4:30