Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Itinéraires et points d'observation

Birding Málaga

Itinéraires et points d'observation

GR 249. Étape 24: Ronda - Estación de Benaoján


Ce début d’étape commence dans un environnement urbain tout en présentant les caractéristiques des falaises, ce qui est très fréquent dans ces environnements montagneux. Une fois passé les gorges de Ronda et les escarpements de la Alameda, le sentier parcourt des zones de cultures où les cours d’eau sont les protagonistes. On passe une zone de pins pignons et après avoir laissé derrière nous la végétation de rivage et traversé la rivière, on avance par une formation de genêts, avec quelques chênes et des oliviers sauvages, qui nous conduisent vers le col de Ronda. À partir d’ici on traverse des zones agricoles avec la présence de végétation naturelle et des oliviers dans la dernière partie pour arriver à la Gare (Estación ) de Benaoján, fin de cette étape.

 

Espèces singulières

L’étape commence dans un environnement très impressionnant, grâce à ses grandes falaises très à pics. Ici c’est la faune rupicole qui domine le ciel, avec des espèces charismatiques comme le faucon pèlerin, le faucon crécerelle, le faucon crécerellette, le martinet pâle, le martinet noir, le martinet à ventre plat, le rouge-queue noir, et l’acrobatique crave à bec rouge, que nous pourrons observer à quelques mètres depuis le Puente Nuevo. Bien qu’encore tout près de la ville, les premiers pas du sentier accueillent le hibou grand-duc, la chouette hulotte, le petit-duc scops, et la chouette effraie. Une sortie nocturne peut donc être récompensée au niveau sonore pour nous rapprocher des rapaces nocturnes.

Une fois près du cours d’eau le nombre de passériformes s’agrandit considérablement, avec quatre espèces d’hirundinidés pendant la période de reproduction (l’hirondelle de fenêtres, l’hirondelle de rochers, l’hirondelle rustique et l’hirondelle rousseline, auxquelles s’ajoute l’hirondelle de rivage pendant les migrations), la bergeronnette grise et la bergeronnette des ruisseaux, le rouge gorge, le rossignol Philomèle, le traquet oreillard, le saxicola, le merle noir, la fauvette à tête noire et la fauvette mélanocéphale, la mésange charbonnière, le choucas de tours, l’étourneau unicolore et l’étourneau sansonnet, le loriot d’Europe, le moineau domestique, le pinson des arbres, le chardonneret élégant, le serin cini, le verdier d’Europe, la linotte mélodieuse, le bruant zizi et le bruant fou. Très vite nous arrivons dans une zone de cultures où apparaissent le cochevis huppé, le cisticole des joncs, et le bruant proyer. Connaître le son qu’émet le martin-pêcheur nous aidera à le détecter le long de notre parcours en bordure de la rivière, sachant qu’il est beaucoup plus simple de l’entendre que de le voir vu qu’il vole de manière très rapide.

Dû à l’environnement montagneux de cette étape les espèces de rapaces que nous pourrons observer sont très variées, avec le vautour fauve, le circaète Jean-le-Blanc, l’aigle de Bonelli, l’aigle botté, la buse variable et l’épervier d’Europe, en plus de celles déjà mentionnées. En hiver, on remarque des concentrations d’étourneaux et de fringillidés dans l’environnement de La Indiana, avec des espèces comme le tarin des aulnes et le pinson du nord.

Le nombre d’espèces d’oiseaux se voit encore enrichi par le retour des chênes sur notre chemin, avec la huppe fasciée, le traquet oreillard et la fauvette orphée comme espèces à retenir. Avec l’apparition de nouveaux affleurements rocheux, le traquet rieur fait acte de présence, et le rouge-queue noir apparaît comme espèce reproductrice. Dans les vergers c’est le pipit farlouse, la bergeronnette grise et le saxicola qui seront les espèces les plus fréquentes. Dans la zone de descente vers la Gare de Benaoján ce sont les hirondelles de fenêtres et de rochers qui prédominent, mêlées aux martinets durant leurs vols très rapides. Les espèces telles que la chevêche d’Athéna, le guêpier d’Europe, le coucou gris et la tourterelle des bois habitent aussi les sentiers de cette étape.

Itinéraire

Après être descendu au pied du pont Neuf (Puente Nuevo) du ravin de Ronda, nous longerons les lits de la rivière Guadalevín et du fleuve Guadiaro, qui nous entraînerons près de la gare de Benaoján, pour contempler leurs eaux souterraines jaillissant de la grotte du Chat (Cueva del Gato).

 

Itinéraire À pied
Type d’étape Lineal
Distance 12800
Temps de marche estimé 4:00