Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Itinéraires et points d'observation

Birding Málaga

Itinéraires et points d'observation

GR 249. Étape 01: Málaga - Rincón de la Victoria


La première étape traverse la bande côtière de la commune de Malaga et en partie celle de Rincón de la Victoria, les espèces dominantes sont donc celles adaptées à vivre dans un milieu urbain et celles liées au front de mer. Les villes ainsi que les villages, loin d’êtres dépourvus de biodiversité, sont des observatoires idéaux pour connaitre en détail quelques espèces intéressantes et découvrir des comportements difficilement observables dans d’autres milieux. Certaines espèces se sont tellement habituées à vivre aux côtés de l’espèce humaine, que leur survie en dépend pratiquement.

Il est vrai que le paysage urbain offre un grand nombre de micro habitats dont profitent des espèces ayant différentes exigences écologiques. Le parc de Malaga accueille des oiseaux typiquement forestiers, qu’on trouve habituellement dans les forêts les mieux conservées de la province. La cathédrale, qui ressemble à une formation rocheuse, sert de lieu de reproduction à des espèces caractéristiques de zones montagneuses, comme le faucon pèlerin. Le port de Málaga et les plages parcourues dans cette étape, servent de lieu de repos à de nombreux oiseaux de mer et de rivage, pendant leur périple migratoire.

 

Espèces singulières

Les espèces typiquement urbaines et de rivage sont sans aucun doute les protagonistes de cette étape. Parmi les oiseaux de rivage on trouvera les grands cormorans et les hérons cendrés, qui fréquentent le littoral de Malaga et spécialement les quartiers de Pedregalejo et El Palo, situés en front de mer. Ils sont attirés par la source d’aliments que constituent les cages piscicoles, situées en face de la plage du Chanquete, dédiées à l’élevage de daurades et de bars.

Parmi les rapaces, l’aigle botté est de plus en plus commun en hiver, dans les environs du port et du mont Gibralfaro, ainsi que le faucon crécerelle et le faucon pèlerin à proximité du parc de Malaga et de son port. On peut remarquer que les cheminées présentes au début de l’étape et qui témoignent du passé industriel de la ville de Malaga, servent de perchoirs aux faucons pèlerins qui nidifient sur la cathédrale et qui utilisent l’embouchure du fleuve Guadalhorce comme source d’alimentation. Sur la plaza del Obispo il n’est pas rare de trouver, en bas du nid situé sur la tour de la cathédrale, des restes de limicoles (petits échassiers) et d’autres oiseaux ayant servi de repas aux jeunes.

Le goéland leucophée, le goéland brun et la mouette rieuse sont très courants, principalement durant l’hiver, ainsi que la sterne caugek et les limicoles tels que le bécasseau sanderling et le tournepierre à collier. Les bécasseaux sanderling sont très faciles à identifier puisqu’ils ont tendance à rester groupés à même la rive, suivant le rythme des vagues, a la recherche de petits invertébrés et évitant de mouiller leurs petites pattes, leurs allées et venues sont donc continues.

En hiver, et avec l’aide de jumelles ou de télescopes, on pourra observer des labbes (stercorariidés) poursuivant les mouettes ou les goélands afin de leur voler de la nourriture, ainsi que des fous de Bassan se jetant à l’eau pour pécher. La variété domestique du pigeon biset et la tourterelle turque sont visibles tout le long du parcours, mais les concentrations les plus importantes se trouvent dans les environs du port de Malaga, où ils trouvent facilement de la nourriture.

Au printemps et en été le ciel de cette étape est continuellement survolé par des martinets pâles et noirs, qui réduisent considérablement la quantité d’insectes volants de notre environnement (des dizaines de milliers de martinets mangent, chaque jour, une quantité de moustiques non négligeable). Parmi les passereaux on peut distinguer les hirondelles rustiques et les hirondelles de fenêtre, la bergeronnette grise, le merle noir et le rouge gorge, le pouillot véloce et la fauvette mélanocéphale, la mésange charbonnière, le corbeau, l’ étourneau unicolor (durant toute l’année) et sansonnet (durant l’hiver), le moineau domestique, le chardonneret élégant, le serin cini et le verdier d’Europe. Récemment, une espèce s’est intégrée à la faune ornithologique urbaine de l’Espagne, la perruche moine, que nous entendrons et observerons sans aucun doute tout le long de cette étape, elle est de plus en plus présente sur tout le littoral de la province. Il s’agit d’un perroquet d’origine américaine qui, grâce à son émancipation, à réussi à créer une grande colonie en pleine expansion.

Itinéraire

Depuis le kilomètre 0 jusqu’à Rincón de la Victoria notre parcours va longer agréablement la côte, traversant les promenades du bord de mer de la capitale, la « Palmeraie des Surprises » et le Quai 1 du port de Malaga, et les plages de Pedregalejo, d’El Palo et de La Araña.

 

Itinéraires À pied À bicyclette
Type d’étape Lineal
Distance 15600
Temps de marche estimé 3:20